La Suisse s’apprête à réformer sa loi sur les jeux d’argent

La Suisse fait partie des pays européens qui ont des lois strictes concernant les jeux d’argent pour les casinos en briques et en mortier ainsi que pour les sites de jeux virtuels.
L’interdiction des paris a été officiellement mise en œuvre en 1921 et est restée en vigueur jusqu’en 1993, lorsque le gouvernement a décidé de légaliser certaines activités de jeu en ouvrant le marché de ce pays aux entreprises locales et étrangères.

Et avec cette loi sur les jeux d’argent suisse qui devrait voir le jour d’ici le début 2019, c’est une plus grande ouverture qui s’annonce et qui marquerai l’arrivée d’opérateurs de casinos en ligne légaux sur le territoire.

Récemment, un référendum sur les lois relatives aux jeux d’argent a été organisé dans le pays, et malgré de nombreuses opinions indiquant que le vote soutiendrait la censure en ligne, le projet de loi a quand même été adopté avec une majorité de plus de soixante-dix pour cent des voix.

La loi qui a été adoptée a de graves répercussions sur le jeux en ligne, en particulier pour les sociétés de paris étrangères. Les deux chambres du gouvernement suisse ont adopté le projet de loi qui vise à étendre les questions liées à la criminalité concernant les jeux de hasard sur Internet.

La loi stipule que les joueurs suisses ne pourront pas accéder aux services offerts par les sites de jeux virtuels qui ne sont pas offert par des opérateurs du pays. Les joueurs qui tentent d’obtenir des produits et services de jeux sur des sites de paris étrangers seront automatiquement redirigés vers un site de jeux d’argent légal.

Bien que le projet de loi adopté puisse sembler stable à première vue, les critiques ont mis en doute les mesures mises en place pour lutter contre la fraude en ligne. Ils ont dit que la loi est également vague concernant la protection du joueur, en particulier pour ceux qui sont enclins à la dépendance au jeu.

La loi adoptée semble frotter certains politiciens dans le mauvais sens en mettant l’accent sur la possibilité que cette loi particulière ouvre la voie à la censure dans d’autres domaines comme le cinéma et l’industrie de la musique. Il est essentiel que les joueurs de Suisse se familiarisent avec cette loi et comprennent ce que les organismes de réglementation des jeux de hasard attendent d’eux. Deux organismes de contrôle ont été mis en place et seront utilisés pour mettre en œuvre les dispositions de la nouvelle loi. Ces deux corps le sont :

L’Office fédéral des maisons de jeu (CFMJ)

La CFMU est un organe indépendant de l’autorité publique et fait partie du Département fédéral de justice et police. Cet organisme est chargé de superviser les jeux de casino en argent réel qui sont connus pour être complètement dépendants de la chance qui, dans ce cas, est presque toutes les catégories de jeux de casino. Il est également chargé de décider quels jeux entrent dans la catégorie de ceux qui comptent sur la chance. La Commission fédérale suisse des jeux de hasard s’est appuyée sur les lois sur les jeux de hasard qui ont été adoptées en 1998 et elle intégrera actuellement la nouvelle législation sur les jeux de hasard qui a été adoptée lors du référendum de 2018.